1
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

C’est sur la plage de Deauville que j’ai réalisé, en 1972, à l’âge de 11 ans, mes premières photographies. Etant complètement novice, le résultat obtenu ne correspondait pas à ce que j’avais imaginé mais m’offrait un horizon de possibilités qui m’apparurent magiques.

Ainsi, je décidai de devenir photographe.

Plus de quarante ans ont passé et je reviens à Deauville, avec à l’esprit mes premiers émois photographiques teintés d’une tonalité affective.

J’ai le désir, en revisitant et photographiant ces lieux, d’inscrire dans mes images, la trace, le souvenir de ma mémoire d’enfant. Je m’attache à retrouver le détail et l’atmosphère qui m’interpellaient alors.

Je me souviens des bancs de mouettes qui, en s’envolant, me fascinaient; je me souviens des longs moments où je déambulais sur la plage et où je récoltais les plus beaux coquillages pour réaliser des figurines les jours de pluie; fouler les planches de Deauville me donnait la sensation de l’inconnu, d’un autre monde qu’il me semblait découvrir à chaque fois. Et j’attendais toujours avec impatience la kermesse des Franciscaines comme une fête à savourer.

En partant du point de départ, Deauville et ma découverte de la photographie, je poursuis le processus enclenché, incluant le passé et mes souvenirs dans le présent de mes clichés réalisés en 2014.

Ces photographies, tirées sur papier à dessin 200 mg au format 20,5 x 25,5, sont colorisées à la main aux crayons de couleurs. Ce mode de colorisation amène un potentiel de recherche et d’émerveillement assez vaste qu’il me plait d’explorer. Il fait appel à ma mémoire des couleurs où se mêlent la réalité des lieux photographiés et les impressions engrangées pendant mon enfance. Le rendu des images se présente de façon singulière et poétique et me semble approprié à ce travail de mémoire.